LA SAGA DU BOGIE prise 3

Publié le par Projet MSR 274



Le bogie ("truck") rigide est toujours entreposé dans le hangar numéro 6... Suite à un blocage en novembre 2008 - alors que le transfert vers l'atelier du bogie fut annulé suite à un malentendu - les plans et dessins de ce bogie (il n'existe pas de plans d'époque) n'ont pas pu être faits pendant l'hiver 2008-2009. Pourtant, des étudiants en génie aurait été prêts à réaliser cet exercice dans le cadre de leur formation... Partie remise... La STM pourrait nous aider à ce titre mais j'ai préféré recourir aux services d'un autre de nos bénévoles, expert sur Autocad.


La corrosion a provoqué de nombreux dégâts (n'oublions pas que ce tramway a été utilisé comme saleuse de 1913 à 1947) et les poutres supportant la cabine sont à changer au complet. Composées d'une âme en bois de chêne en 3 sections, de 2 fers en "U" et de deux fers plats, cette partie devrait être bien droite.  La corrosion a fait disparaître une partie de la matière, tordu les fers à plat et fait gonfler les diverses vis et boulons qui relient cette partie à la suspension hélicoïdale et à ressorts.



Idéalement, avant un appel d'offre pour la restauration structurelle de ce bogie, il me faut avoir un plan le plus complet possible. Je me suis entendu avec Jean-Claude H. (autrefois au Chemin de fer Canadien Pacifique).  Il me faut encore trouver le temps dans mes journées de fou pour retranscrire mes relevés effectués sur le bogie pour qu'il puisse faire les plans !!!  Ok, note à moi-même ... Mettre celà en priorité #1 ! Il faut qu'il puisse faire ses plans d'ici 2 semaines.

L'appel d'offre permettra de trouver une firme / spécialiste qui puisse procéder. Le budget est limité... Je ne dois, idéalement, pas consacrer trop sur cette partie du projet de restauration.  Dans un premier temps, plusieurs personnes pensaient que ce serait intéressant de remettre en état de fonctionner ce tramway - pour des fins de démonstration - mais plusieurs problèmes se posaient alors du point de vue de la conservation.

D'abord pour des raisons éthiques - ce n'est pas très muséologique et la politique du musée ne permet la remise en état que d'un véhicule "proche de l'état de fonctionnement", ce qui est loin d'être le cas -  et pour des raisons pragmatiques : durée, complexité, durabilité.

Nous avons donc convenu que ce serait une restauration plus limitée, même si, en raison de l'importance des pièces à changer pour assurer la stabilité de ce bogie, il s'agit d'une reconstruction partielle.

La restauration structurelle du bogie doit viser uniquement à :


  • permettre de supporter la caisse sans la tordre (les poutres supérieures doivent être remplacées)
  • permettre au tramway d'être remorqué sur le site (les attelages doivent être refaits, mais pas les freins)
  • permettre de supporter le poids d'une dizaine de personne lors de visite de l'intérieur de la cabine.

Je reviendrais dans mon prochain article sur cet aspect du projet.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article